By Peoplesphere On vendredi, août 08 th, 2014 · no Comments · In
D’après les dernières prévisions du STATEC, le taux d’inflation se tasserait à 0.9% en 2014. La prochaine tranche indiciaire serait apliquée au 1er trimestre 2015, après la hausse de la TVA du 1er janvier prochain. L’impact de cette dernière est évalué à 0.8 point de %. Par rapport à la dernière prévision le taux d’inflation pour 2014 est légèrement revu à la baisse de 0.1 point de % (ppc), en raison d’une baisse des prix des produits pétroliers.

La prévision pour 2015 reste inchangée à 2.2% dont 0.8 ppc sont dues à la hausse de 2 ppc de certains taux de TVA au 1er janvier 2015. Les prévisions d’inflation se basent principalement sur deux hypothèses: l’une concerne le rythme de l’inflation sous-jacente, l’autre le prix du pétrole: le rythme de variation mensuelle de l’inflation sous-jacente a brusquement ralenti depuis le début de l’année 2014 (0.08% en moyenne après 0.19%, 0.18% et 0.17% respectivement en 2011, 2012 et 2013), en ligne avec des moindres pressions de la part des prix administrés et de l’alimentation. Si l’inflation sous-jacente (variation annuelle) a été de 2.1% en janvier et de 1.4% en ce mois de juillet, elle se tasserait à seulement 1.1% dès le mois prochain et jusqu’à la fin de l’année.

Cours du pétrole

L’hypothèse technique sur le prix du pétrole consiste à le maintenir fixe sur l’horizon de prévision au niveau des cours moyens observés le mois dernier (106.9 USD en juillet pour le baril de Brent et un taux de change de 1.35 USD/EUR). La baisse du cours du pétrole en juillet (-4.4%) a partiellement été compensée par le recul du cours de l’EUR (-1.1%). Il n’en reste que le prix du baril exprimé en EUR a baissé de 3.3% en juillet, expliquant ainsi la légère révision à la baisse de l’inflation pour 2014. 
Pour le 1er janvier 2015, le gouvernement a annoncé une hausse de 2 ppc du taux de TVA normal, intermédiaire et réduit (à respectivement 17%, 14% et 8%). Comme le taux super- réduit reste inchangé (à 3%) et comme une grande partie des biens et services consommés n’est pas soumise à la TVA, l’impact théorique ne serait néanmoins que de 1 ppc. Cet impact théorique, calculé en supposant que les dépenses des consommateurs et les prix hors taxes fixés par les entreprises restent inchangés, doit néanmoins être considéré comme un maximum alors que l’impact réel va probablement être inférieur, de l’ordre de 0.8 ppc. 


Ajustement progressif

En effet, certaines entreprises en situation concurrentielle (p. ex. avec des entreprises de la Grande Région) pourraient préférer de baisser les prix hors taxes, et donc leur marge, afin de limiter une éventuelle baisse de la demande. Aussi, l’ajustement des prix pourrait être progressif et étalé sur plusieurs mois. L’hypothèse du STATEC consiste en une répercussion de 100% sur les prix des produits pétroliers (système des prix maxima) mais seulement de 75% sur l’inflation sous-jacente, en ligne avec des études récentes. Cette répercussion partielle serait de plus répartie sur plusieurs mois. Si l’impact de la hausse de la TVA se limitait ainsi à 0.8 ppc, alors l’inflation serait de 2.2% en 2015. Il s’agit là du scénario central retenu par le STATEC.
Traditionnellement, à cause de la volatilité du cours du pétrole, le STATEC évalue l’impact de cours alternatifs dans un scénario « bas » (le prix du baril de Brent est diminué de 20 USD) et un scénario « haut » (+20 USD) qui permettent d’établir une fourchette pour l’IPCN: l’inflation se retrouverait ainsi entre 0.7% et 1.1% en 2014. Dans le scénario bas, la cote d’échéance déclenchant une tranche indiciaire ne serait dépassée qu’au 2e trimestre de l’année 2015. Dans le scénario haut la prochaine tranche indiciaire serait dépassée au 1er trimestre, comme dans le scénario central du STATEC. Pour en savoir plus, c’est ici!