By Peoplesphere On vendredi, septembre 05 th, 2014 · no Comments · In
En plus des caractéristiques démographiques et familiales, l’insertion sur le marché de l’emploi détermine l’état de pauvreté. Le travail est un rempart contre la précarité, mais s’avère parfois insuffisant. En effet, 6% des travailleurs lorrains vivent avec moins de 977 euros par mois et sont donc considérés comme pauvres. L’INSEE Lorraine vient d’y consacrer une étude.

En Moselle, près d’un quart des salariés ont un salaire annuel inférieur à 10 600 euros. Parmi eux, six sur dix travaillent à temps partiel, ou à domicile. Le niveau de qualification du poste, la taille de l’établissement et le secteur d’activité jouent également un rôle dans les conditions de salaire. Les femmes et les jeunes, surreprésentés dans les métiers à bas salaires, sont les plus touchés. Par ailleurs, le chômage est sans doute le premier facteur de pauvreté. En Moselle, 12 % des actifs mosellans sont sans emploi, dont quatre sur dix depuis au moins un an. L’insertion des jeunes est difficile, avec 21 % de taux de chômage, et des sorties de l’école sans diplôme qualifiant. La carte du chômage recoupe exactement la carte de la pauvreté, les plus grandes difficultés se concentrant dans le val de Rosselle, à Metz et entre Metz et Thionville.
Plus d’infos sur le sujet, c’est ici!